Retour à la page d'accueil

Bernaches du Canada, la position de Nature et Avenir

L’Association Nature et Avenir tient à manifester sa solidarité avec l’ensemble des « indignés » face à la destruction des bernaches « de Meuse », principalement à Monthermé, suite à une demande explicite du Maire auprès du Préfet des Ardennes. Par contre, L’Association Nature et Avenir ne s’associe en aucun cas aux excès. Elle considère cette extermination de bernaches irraisonnée, regrettable et génératrice de mécontentements sociaux incontrôlables. Faut-il notamment rappeler que nous sommes au cœur du Parc Naturel Régional des Ardennes. (PNR 08) L’Association Nature et Avenir dénonce les déclarations mensongères annoncées dans la presse. D’après les comptages, la destruction des bernaches est réelle, massive et dramatique et ne s’est pas limitée à la commune de Monthermé. Dans les communes de Bogny-sur-Meuse, Laifour, Deville, Fumay, on a pu constater un effondrement significatif des effectifs des colonies de bernaches sur ces derniers jours de juillet.

L’Association Nature et Avenir regrette que la destruction des bernaches pour un simple « délit de fiente » à leur encontre est purement abusif. A quand le tour des cygnes, des oies « à tête barrée », des colverts..., des chiens par la même occasion. Toutes les raisons évoquées par les élus locaux relayées par le Préfet des Ardennes sont fallacieuses et témoignent d’un manque évident de connaissances sur l’éthologie des bernaches du Canada.

L’Association Nature et Avenir déplore que dans le contexte sociétal actuel on n'ait pas pris des
solutions alternatives moins anxiogènes pour la population ; ajouter de la violence à la violence et mobiliser inutilement les forces de gendarmerie ne favorisent en aucune manière la cohésion sociale. L’Association déplore notamment que plutôt de calmer les émois et les sensibilités, de dire « halte au feu » à Monthermé et dans les villes voisines, le nouveau Préfet des Ardennes a préféré encourager les « bras armés de l’Etat » (sic !) à exécuter leur funeste mission étatique et territoriale jusqu’au dimanche 31 juillet minuit.(Le tir de nuit étant exceptionnellement autorisé par l’Arrêté Préfectoral)

L’Association Nature et Avenir constate que l’Arrêté Préfectoral de destruction est confus, imprécis, contestable et a été mal exécuté sur le terrain : absence du Maire, absence de la
Gendarmerie, présence de plusieurs tireurs, absence d’information sur l’élimination des cadavres de bernaches et de leurs oisillons (lesquels ne sachant pas voler ne peuvent s’être réfugiés à Haulmé !) Aucune mesure de sécurité spécifique n’ayant été mise en place, la mise en danger d’autrui était évidente ; des pêcheurs carpistes se sont retrouvés, à leur grand désarroi dans le feu croisé des tirs.

L’Association Nature et Avenir déplore une mauvaise campagne de désinformation de la population, hostile en grande majorité à cette pitoyable tuerie organisée dans la précipitation et la volonté d’un finir avec les volatiles indésirables sur les structures touristiques. Dans le cadre de l’Etat d’Urgence, l’Association rappelle que les bernaches ne portaient pas atteinte à l’ordre public, à la sécurité publique et à la santé publique.L’Association regrette que cette action non concertée et mal orchestrée, hypothèque l’image touristique de la vallée de la Meuse. D’autre part, l’Association rappelle que si les bernaches faisaient des fientes, elles faisaient du lien social et apportaient de nombreuses satisfactions aux jeunes comme aux aînés.

L’Association Nature et Avenir déclare qu'elle se veut une association de réflexion et d'intervention pacifiste, non partisane, non polémiste et constructive. Elle a fait en amont un
certains nombres de propositions applicables dans le temps et dans l'espace qui n'ont pas été retenues dans l'immédiat par la réunion du 18/07 à la maire de Monthermé : pose de pancartes sur le port interdisant de nourrir les bernaches, pose d’un grillage à l’embarcadère, stérilisation des œufs, effarouchement, ...

L’Association Nature et Avenir participe à de nombreuses réunions permanentes ou ponctuelles organisées par les Services de l'Etat ; elle tient toujours à rester une force de propositions au bénéfice de l'intérêt général et du maintien d'une biodiversité porteuse d'avenir. L’Association Nature et Avenir tout en condamnant fermement les débordements verbaux et scripturaux, ainsi que les atteintes aux biens et aux personnes, reste à la disposition des collectivités pour envisager les problèmes environnementaux avec un esprit de concertation, de conciliation et de sérénité.

L’Association Nature et Avenir propose d'organiser dès l'automne, un symposium sur le sujet des bernaches "ardennaises" avec les collectivités territoriales, les associations et les services de l'Etat concernés. La créativité, la lucidité, le bon sens et la bonne volonté de tous peuvent faire évoluer les consciences.

Il va sans dire que l’Arrêté préfectoral publié le 13/07/2016 tel qu’il est formulé pourrait faire l’objet d’un recours contentieux auprès du Tribunal Administratif de Châlons en Champagne.
La Fédération des Parcs Régionaux (application de la charte !) va être interpellée ainsi que la
fédération FRANCE NATURE ENVIRONNEMENT (FNE)
Pour le Conseil d’Administration,
Claude MAIREAUX – Président
Rethel, le 31 juillet 2016